Que se passe-t-il avec la FDA et les cigares en 2018 ?3 min de lecture

fda-cigares-2018

Je sais pas si tu as entendu, mais la FDA est en train de reconsidérer sa position sur les cigares, et comme c’est un peu le bordel je me suis dit que ce serait pas mal de faire le point sur la question.

Vu que c’est outre-atlantique ça peut paraître un peu loin pour nous, mais les décisions finales de la FDA pourraient aussi jouer un rôle dans les prochaines discussions européennes sur les cigares premium, alors ça vaut le coup de s’y intéresser, même de loin.

Qui est la FDA ?

La FDA, ou Food and Drug Administration est l’organisme américain chargé de l’agro-alimentaire et des médicaments. Tous les produits qui entrent sous sa juridiction doivent se voir attribuer une autorisation de commercialisation, comme les médicaments par exemple.

Or, la FDA ne fait pas de tests elle-même, elle ne fait qu’examiner les données fournies par les fabricants. Pour l’instant ça peut paraître un peu lointain mais ce sera important pour la suite.

La FDA et les cigares

Jusqu’à 2016, les cigares ne faisaient pas partie des produits examinés par la FDA. Mais depuis le 05 mai 2016, soit il y a environ 2 ans, ce n’est plus le cas.

En fait, depuis le 05 mai 2016, les fabricants doivent soumettre une candidature pour mettre sur le marché de nouveaux produits du tabac. Ces candidatures peuvent coûter plusieurs centaines de milliers de dollars, et leur acceptation peut prendre jusqu’à 1 an … ce qui n’est pas pour plaire à l’industrie du tabac.

En conjuguant tout ça au fait que la FDA ne fera aucun test sur les produits en eux-mêmes, l’industrie se demande à quoi servira cette analyse.

Qui plus est, la loi prévoit un durcissement des étiquettes d’avertissement, qui devraient aussi apparaître jusque sur la cellophane, être plus larges que celles en place actuellement, etc.

En gros, en 2016, la FDA a mis les cigares premium (faits à la main donc) au même régime que les cigarettes. Les cigares premium représentent 315 millions d’unités par an aux États-Unis, sur les 12 milliards de cigares et cigarillos vendus chaque année.

C’est donc à peu près la même chose que ce qui se passe en France en ce moment.

Les étiquettes sur les boîtes de cigares sont en place depuis 2000 aux États-Unis.

Quoi de neuf en 2018 ?

Ce qui nous intéresse, c’est que fin mars 2018, la FDA a choisi de lancer une consultation de 90 jours sur les cigares premium, peut-être dans le but de reconsidérer sa position.

Voilà ce qu’on peut lire dans le communiqué, rapporté par Cigar Aficionado :

Le but [de la consultation] est de s’assurer que la FDA a une large base scientifique et réglementaire sur laquelle mettre à exécution de manière efficace le Tobacco Control Act. De plus, les considérations réglementaires quant aux cigares premium, leur consommation et les enjeux de santé publiques qui leur sont liés continuent de susciter l’intérêt d’acteurs du marché, et d’être un sujet de recherche, parfois émergente.

Tout se passe comme si la FDA reconnaissait qu’on pouvait traiter les cigares premium différemment des autres produits du tabac.

La consultation porte notamment sur :

  • La définition des cigares premium
  • Les schémas de consommation
  • Les enjeux de santé publique, y compris les effets du cigare sur la santé
  • Les études sur la perception du risque par les consommateurs
  • Les études pour savoir s’il faut appliquer les mêmes réglementations qu’aux autres produits du tabac.

L’industrie du tabac à l’assaut

Évidemment, l’industrie du cigare ne s’est pas fait prier pour partir à l’assaut.

Les acteurs de l’industrie ont en effet saisi l’occasion pour demander l’arrêt de l’obligation d’application d’étiquettes d’avertissement, similaires à celles que nous connaissons, sur les boîtes de cigare ; l’argument principal étant que si la FDA décide d’abandonner cette réglementation, l’industrie aura dépensé beaucoup d’argent pour rien.

Quelques jours plus tard, des acteurs de l’industrie du Texas ont aussi demandé à la cour d’empêcher la FDA de mettre à exécution la réglementation sur les étiquettes d’avertissement, avec une argumentation similaire.

Bref, depuis le 20 mars environ, l’industrie du tabac est montée à l’assaut, couteau entre les dents.

Pourquoi ça nous intéresse ?

Il faut bien sûr se dire qu’on parle des États-Unis, et que tout est plus question de gros sous que de santé publique, comme tu peux le voir.

Mais au vu des dernières offensives du gouvernement français sur les cigares, qui visent à harmoniser le taux de taxation des cigares sur celui des cigarettes – ce qui pourrait faire monter le prix jusqu’à 5€ par cigare, selon L’Amateur de Cigare – on peut se dire qu’il y a un petit espoir.

Les procès en cours aux États-Unis, en plus de mettre en avant l’aspect économique de la question, sur lequel chacun est juge, adoptent aussi un argumentaire intéressant basé sur la santé.

Ils interrogent par exemple le fait que les mineurs ne fument pas de cigares, que le fumeur moyen fume occasionnellement, voire qu’il n’y a quasiment pas de report de consommation de la cigarette sur le cigare premium.

Je trouve ça intéressant que ces événements soient concomitants : pendant que la FDA questionne les réglementations, le gouvernement français augmente les taxes.

Deux approches radicalement opposées que je vais essayer de suivre de près dans les mois qui viennent !